Conditions de Vie

Au début il ne faut pas l’oublier c’était une usine pour fabriquer des tuiles et des briques. On ouvre cette usine avec un grand four, il est conçu comme un tunnel avec plein d’entrées. Aujourd’hui il fait peur  parce qu’il y a des grilles qui donnent l’impression d’être des cellules (protection pour les visiteurs afin qu’ils ne se perdent pas).

Les personnes n’étaient pas détenues dans le camp.

Une fois qu’ils sont à l’intérieur, ils peuvent se déplacer assez librement dans le Camp. Ils parlent eux même de « prison à ciel ouvert ».  Ils peuvent faire de la peinture, lire mais dans des conditions horribles.

Il fait froid, ils sont assis à même le sol. Ceux qui le peuvent vont dormir à l’intérieur des fours. Cela leur donne l’impression d’avoir de l’intimité.

Ils souffrent de froid, ils ne mangent pas hyper bien mais ils vont être nourri. Ils souffrent d’ennui certains sont restés plus d’un an. Ce n’est pas un camp de travail donc il n’y a rien à faire.

Karime : quand ils travaillent sont-ils payés ??

Quand ils travaillent non.  Mais il faut avoir en tête qu’ils souffrent d’ennui.  Il y a des gens qui vont demander à être transféré  vers des camps de travail, ils préfèrent travailler plutôt que d’être ici et ne rien faire.

 Il faut relativiser quand on pense que les camps de travail sont affreux et les camps d’internement plus cools parce qu’on pouvait faire ce que l’on voulait !!!

 La situation est tellement absurde que certains préfèrent être envoyés ailleurs pour travailler.

CAMILLE BRIFFAZ : le fait de ne rien faire ils angoissent, la peur de ne pas savoir ce qui va arriver occupe leur tête toute la journée. Lorsque l’on travaille on pense à autre chose.

Marion : c’est cela ils vont être dépressifs, nostalgiques cela va alimenter les tensions, chacun rumine ses problèmes.

Autres conditions quand on observe ce lieu : il n’y a pas de toilettes !!! Il y a juste 5  latrines !!! Ici il y aura jusqu’à 3500 personnes en même temps donc les gens vont faire leur besoin partout où ils peuvent dans les coins….cela va sentir très mauvais, cela va être extrêmement sale.

Cette situation se vit dans tous les camps. Rien n’est organisé et calibré pour autant de monde. Rapidement  cela devient complètement  insalubre. 

Les sols il n’y avait pas de béton, ils vivaient constamment dans la poussière rouge. Tous ceux qui ont témoigné de leur passage au camp parlent de cette poussière.

Autre condition il n’y a aucune porte donc ils vivent en permanence sans aucune intimité, ils ne sont jamais tout seul. Il faut imaginer quand ils vont aux toilettes c’est devant tout le monde, quand ils mangent c’est devant tout le monde, quand ils dorment c’est devant tout le monde !! Imaginez ceux qui sont restés 1 an ici !!

Ils font la queue pour demander quelque chose, ils font la queue pour manger, ils font la queue pour aller à l’infirmerie, ils font la queue tout le temps. C’est vraiment très, très difficile à vivre.

Ils vivent constamment dans l’obscurité les fenêtres sont peintes en bleue pour éviter les bombardements, il n’y a pas d’électricité.

Là ils vont faire du théâtre et jouer des pièces pas très sérieuses, plutôt comiques, ils ont besoin de rire.

Ils vont aussi se donner des cours. Aujourd’hui souvent on râle d’aller en cours. Mais là on se rend compte que lorsque l’on  vous  enferme dans un endroit et que l’on ne vous  donne aucune possibilité de vous cultiver de vous enrichir et bien on rêve d’apprendre !!

 Ici les gens vont se donner des cours de français, de médecine, de math etc.. Ils ont envie de réfléchir, d’utiliser leur cerveau.

Ilies : est-ce que vous avez trouvé des tunnels creusés pour s’échapper ??

Non. Les gens qui se sont échappés se sont cachés dans un bus ou partaient dans la voiture de quelqu’un ou alors la manière la plus simple c’était de demander une autorisation de sortie exceptionnelle pour aller à l’ambassade et ne pas revenir le soir. Mais avec du recul nous avons l’impression que les gens devaient absolument s’échapper, parce que nous savons ce qui va se passer : beaucoup de gens vont mourir dans les camps d’extermination.

  A l’époque ils ne savaient pas la seule chose qu’il voyait si ils s’échappaient : une fois libre que vont-ils faire ? C’est quoi la liberté ?? Ils n’ont pas le droit de travailler, ils sont étrangers, ils n’ont pas d’argent, ils n’ont nulle part où aller, ils n’ont pas de passeport, ils n’ont aucun intérêt à être dans la rue. Ce qu’il faut voir c’est que s’échapper du camp cela ne veut pas dire être libre. Ils ne savent pas où est leur famille et de toute façon leur carte d’identité dit qu’ils ne sont pas français. Et si vous n’êtes pas français personne ne veut de vous : les gens ne vont pas vous cacher, les gens ne vont pas vous donner à manger, les hôtels ne vont pas vous héberger de toute façon vous n’avez pas d’argent. Vous ne  pouvez  pas aller en Espagne parce qu’il y a la guerre, vous ne pouvez pas aller en Italie parce qu’il y a un régime fasciste, vous ne pouvez pas aller en Allemagne parce que cela va mal aussi, vous ne pouvez pas monter en Angleterre parce que la France est coupée en deux, la Suisse s’est compliqué il faut une carte d’identité suisse et ce n’est pas évident de l’obtenir.

Maria : Pourquoi ils ne se  sont pas unis ??

Au début c’était plus simple. Il y avait des allemands et des autrichiens. Ils parlaient la même langue. Après il y aura jusqu’à 38 nationalités différentes. Il y a des gens qui parlent italiens, polonais, russe, portugais, espagnol enfin presque toutes les langues.

Donc s’unir devient très compliqué. On voit cela dans tous les camps, les gens vont se regrouper par rapport à leur langue.

Et puis s’unir contre quoi ?? Pour faire quoi ?? Ce n’est pas leur pays et de plus les gens ont intégré comme quoi ils sont étrangers donc ils se disent : «  je ne vais pas faire la révolution pour obtenir  des droits. Je ne peux pas je ne suis pas français !! ».

On leur envoie cette image d’étrangers et eux aussi vont intégrer cela.

Karime : est ce qu’il y avait des maghrébins, algériens tunisiens ou maoré

Je ne peux répondre précisément à cette question. J’ai eu l’exemple d’une dame qui venait d’Erythrée  dont le père Consul en France avait été interné au Camp des Milles parce qu’il n’était pas français. Dès que ce monsieur a obtenu ces papiers  il est parti  à ….Berlin en Allemagne parce que là-bas on s’en prend aux juifs et lui n’est pas juif.

Par contre il y a beaucoup, beaucoup de gens quand ils réussissent à s’en aller vont au Maghreb. Notamment le Sultan du Maroc va protéger beaucoup de juifs et va leur apporter une aide très,  très importante.

 Il va y avoir des mouvements de solidarité entre musulmans et juifs absolument admirables !!!

 Il faut le  savoir beaucoup de gens vont se cacher au Maroc et en Algérie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *