Interview de ANNABELLE MATEVON Chef de Service Développement

C’est le service qui s’occupe des réservations principalement c’est-à-dire que le service développement il y a plusieurs personnes qui travaillent : nous contactons par téléphone, par courrier les établissements scolaires écoles, collège, lycée pour leur proposer de faire des visite au Camp des Milles et la deuxième partie de notre travail c’est d’effectuer les réservations c’est-à-dire avec les enseignants ou chef d’établissement déterminer à quelle date les élèves viennent combien ils sont, quel type de visites, quel types d’ateliers etc.. Nous enregistrons les caractéristiques de la réservation sur un logiciel, qui comporte toutes les réservations de tous les établissements et également des groupes adultes. Nous ne nous occupons pas uniquement des groupes scolaires mais aussi des groupes adultes comme les associations notamment. Donc ce logiciel répertorie toutes les réservations que l’on a sur l’année.

Nous déterminons ensembleavec les responsables des groupes toute la logistique : si le groupe vient en bus ou en train. Nous organisons tout avant la visite pour que le pôle production puisse dire ok au service développement on nous a dit qu’il fallait tant de classe donc nous pole production nous avons besoin de tant de médiateurs, nous avons besoin de tant de panier repas, nous avons besoin que le parcours soit libre à ce moment-là etc.. . Donc tout ce que nous faisons au pôle développement c’est pour préparer la venue des groupes pour qu’elle se passe le mieux possible pédagogiquement et qu’il n’y est pas trop de monde sur le parcours, qu’il y est les bons médiateurs au bon moment.

Nous sommes 3 salariés et bientôt 4.

KARIME : POURQUOI L’AVOIR APPELE DEVELOPPEMENT ??

ANNABELLE : développement parce que notre service permet d’accroitre l’activité, de la faire grandir de la Fondation. Si on ne travaillait pas à contacter, faire connaitre, organiser auprès des établissements personne ne viendrait. Donc développer c’est faire venir des groupes scolaires, des associations pour des visites sur le site.

MARION : vous imaginez lorsque l’on a ouvert le musée personne ne nous connaissait, personne ne venait dnc pour nous faire connaitre il faut communiquer il faut dire aux gens que cela existe : voilà ce que l’on propose voilà ce que vous pouvez faire… et cela nécessite d’appeler, de téléphoner aux gens de parler de nous, de ce que l’on fait donc c’est le développement de l’activité.

Votre parcours ??

Je vais d’un milieu qui est à la fois lié à la fonction commerciale donc de vente et à la dimension pédagogique puisque j’ai travaillé longtemps dans des établissements scolaires d’enseignement supérieur. Mon rôle était d’encadrer des élèves qui avaient eu le BAC donc en étude supérieure et je m’occupais beaucoup des relations en entreprise puisqu’il s’agissait d’élèves qui faisaient leurs études en alternance donc moitié étude moitié travail. J’ai travaillé dans cette dimension pédagogique, mais j’ai aussi une autre «  casquette » une casquette plus commerciale. Le pôle développement est un peu le lien entre les deux c’est-à-dire que l’on a la relation pédagogique avec les enseignants et chef d’établissement et puis la dimension commerciale de « vendre » de proposer de faire des visites.

La Fondation prends des stagiaires de 3ème surtout à l’accueil, comme cela ils sont au meilleur poste pour observer l’organisation de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *