Les Suicides

Une fenêtre ouverte en permanence en mémoire des suicides. Mais on pouvait se suicider de n’importe quelles fenêtres. 

Ce n’est pas très haut pour suicider !! donc nous avons des témoignages comme quoi pour se tuer il fallait se jeter la tête la première. Certains ont raté leur suicide. Cela veut dire que ces personnes sont blessées légèrement ou plus gravement et vont quand même être envoyées dans les wagons vers les Camps de la mort.

Il faut penser aux conditions de transport ils étaient  entassés, debout, sans commodités sans fenêtres des jours très longs de voyages. La souffrance endurée, parfois même la mort pendant le voyage !!!

Il faut imaginer que les gens ne savent pas ce qui va se passer, ils ne comprennent pas, ils n’ont pas d’informations. C’est essentiel à savoir, il ne faut pas l’oublier parce qu’aujourd’hui on sait ce qui s’est passé. Aujourd’hui  nous avons  toutes les cartes en main. Alors on se dit : pourquoi ils ne sont pas partis ? Pourquoi ils ne se sont pas échappés, ou révoltés ???

Mais pendant cette période ils n’ont  aucunes informations !!!

Pour exemple les premiers qui se sont suicidés c’était un couple de pharmaciens, ils ont plein de médicaments dans leurs valises et ils se disent c’est horrible ce qui nous arrive, on va tous mourir il vaut mieux se suicider !!!Ils vont avaler tous leurs médicaments et ils vont mourir comme cela.

Trois jours après ils recevaient  leurs ordres de libération et ils avaient obtenu leurs papiers.

Nous aujourd’hui on le sait, on sait que c’était bête de leur part de se suicider parce qu’ils allaient être libérés. Mais eux ils n’avaient pas cette information.

Aujourd’hui nous avons la chance d’avoir plein de canaux d’informations, de pouvoir chercher, se renseigner, avoir des supports d’informations différents. Quand on est enfermé dans ce camp à cette époque-là on n’a pas accès à tout cela. ( Les téléphones portables n’existaient pas, ainsi qu’Internet et les téléphones fixes étaient très rares).

 Les gens se battaient pour avoir le journal même périmé depuis deux mois.

Face à la menace des déportations une vingtaine d’internés tentent de se suicider. Au moins 5 personnes décèdent, une maman saute du 2ème étage avec ses 2 bébés dans les bras.

Au moins 10 tentatives marqueront cette journée hallucinante : une femme se jette par la fenêtre une autre s’ouvre les veines.

 Imaginez les personnes vivants dans le camp cela les marquent de vivre tout cela certains se disent  moi je n’ai pas tellement peur  mais je vois autour de moi des gens qui essaient de mourir plutôt que de partir : qu’est-ce que cela veut dire ?? Qu’est ce qui va nous arriver, qu’est-ce que l’on va nous faire ?

Les gens ne savent pas il y a des gens qui vont s’accrocher à leur espoir et d’autres vont être totalement désespérés. Nous  réagissons  tous différemment dans ce type de situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *